lundi 12 novembre 2012

L'Ecole de la Nuit de Deborah Harkness

Informations : 
Auteur : Deborah Harkness
Titre VO : A Discovery of Witches
Saga : Le Livre Perdu des Sortilèges
Edition : Calman-Lévy - Orbit
547 pages
19,90 €
Quatrième de Couverture : 
Diana Bishop, jeune historienne héritière d’une puissante lignée de sorcières, et le vampire Matthew Clairmont ont brisé le pacte qui leur interdisait de s’aimer. Quand Diana a découvert l’Ashmole 782, un manuscrit alchimique, à la bibliothèque d’Oxford, elle a déclenché un conflit millénaire. La paix fragile entre les vampires, les sorcières, les démons et les humains est désormais menacée.
Déterminés à percer le mystère du manuscrit perdu, et tentant d’échapper à leurs ennemis, Diana est Matthew ont fui à Londres… en 1590. Un monde d’espions et de subterfuges, qui les plonge dans les arcanes du passé de Matthew et les confronte aux pouvoirs de Diana.
Et à l’inquiétante Ecole de la nuit. 



Mon Avis : 
Ma lecture du premier tome avait été un coup de coeur, pour ne pas dire LE coup de coeur de l'année !  Tout naturellement, je ne pouvais pas ne pas lire la suite qui bien que différente reste dans la lignée du premier tome et de son monde riche et haut en couleur. Et bien que j'ai mis un certain temps à le lire, j'ai tout simplement dégusté cette lecture. 

Je ne ferai pas de résumé par peur d'en dire trop et m'éviter toute foudre subite (la mort subite, très peu pour moi, à vrai dire).

Ce deuxième tome est à la hauteur de mes espérances. Il est assez différent du premier tome car il est plus historique et romancé, la relation Diana - Matthew prend une belle ampleur (sans pour autant gêner le récit). Nos protagonistes sont donc plongés en 1590 afin que Diana développe ses pouvoirs. Ils pensaient être relativement tranquilles à cette époque pourtant bien des obstacles vont se dresser sur leur chemin et on se retrouve donc ainsi avec des faits historiques de chasses aux sorcières et de changement de calendrier entre le continent européen. Pour la petite anecdote un des calendriers était catholique et comme l'église en Angleterre était anglicane, elle ne voulait pas du calendrier chrétien, ce qui avait pour effet de zapper quinze jours fin novembre (il me semble). Et tout le récit est parsemé de ce genre de faits historiques avérés. Faisant de ce livre l'un des plus complets qu'il m'ait été donné de lire ! 

Le côté très complet du récit additionné à ma fatigue ont fait traîné cette lecture en longueur sans pour autant ne pas aimer ma lecture. Paradoxal ? Pas vraiment. Le livre est condensé sur 547 pages et le contenu de la page est optimisé au maximum rendant la lecture un peu moins fluide. De plus, c'est tellement détaillé, qu'il fallait être bien concentré pour tout bien saisir. J'avoue que ma fatigue avancée m'a fait zappé deux-trois élément où j'ai bénis l'auteur de faire des répétitions. Ce qui m'a permis de continuer ma lecture sans véritable obstacle. 

L'intrigue va crescendo, l'auteur a encore une fois l'art et la manière de nous en dire juste assez tout au long du récit pour nous tenir en haleine jusqu'au 100 dernières pages où tout commence à s'accélérer pour nos personnages. Sur la fin j'ai dû lutter avec moi même pour connaître le fin mot de l'histoire et là je veux connaître la suite ! L'attente va être longue, je le sens. Mais je sens aussi que la fin sera sublime. 
Cette saga est magique sur plus d'un point ! Si vous aimez les récits complet où l'univers est manipulé à merveille pour une transposition sur un autre univers fantastique, ce livres est le livre à lire absolument ... !!!

Quant à Matthew. On connaît le Matthew tel qu'il était à cette époque à une nuance près. Son amour pour Diana le change sur pas mal de choses et lui fera prendre certaines directions qu'il n'avait pas prise à l'époque. Bien sûr ces directions auront des répercussions sur l'avenir, bien qu'on ignore encore lesquelles (pour la suite). On a droit dans ce tome-ci à un Matthew très (voir trop) protecteur envers Diana. Rien d'anormal quand on connaît l'environnement tendu dans lequel ils arrivent. Il doit être constamment sur ses gardes et faire attention à chaque personne avec qui Diana entre en contact. Un époux attentionné, parfois un peu trop protecteur mais au vu du contexte je peux très bien le comprendre. Un wear plus attachant que jamais.
Diana plus combative et déterminée au vu du danger qui la guette est vraiment époustouflante dans ce tome-ci. C'est un peu l'émancipation de la sorcière en elle. Elle ne connaît pas vraiment son pouvoir et l'étendue de celui-ci et sa quête à de la sorcière qui lui en apprendra davantage sur elle sera plus compliquée que prévue. Mais à l'image d'une fleur qui fleurit Diana découvrira ses pouvoirs et l'étendue et les possibilités qu'ils lui offrent. De plus à l'instar de la fièvre protectrice de Matthew, il lui arrivera de prendre parfois les devants, un bien pour un mal selon les situations. Le plus drôle a été de voir l'historienne plongée dans l'histoire et piégée par la culture de l'époque qu'elle étudiait à Oxford. Elle devra réapprendre à s'habiller comme une dame de l'époque ainsi qu'à parler comme tel. Car bien sûr son langage moderne laissera plus d'un personnage perplexe ! Mais son voyage dans le temps ne va pas laisser indemne, il va la changer profondément ... 

L'auteur nous signe, une fois de plus, un ouvrage dont la qualité se confirme autant que la plume, sans oublier le fameux travail de recherche qu'il y derrière ses romans. Sans oublier l'art de nous en dévoiler sans pour autant tout dévoiler et nous laisser, ainsi, continuellement sur notre faim. Elle a l'art de pousser notre curiosité à son paroxysme tout le long du livre, quelque chose de rare est précieux. J'ai un coup de coeur pour cette saga, et elle se confirmera certainement avec la fin de la trilogie. L'attente va être longue !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire